HISTOIRE DE LA FEMME TUNISIENNE ET SES ACQUIS DEPUIS L’INDEPENDANDE EN 1956

HISTOIRE DE LA FEMME TUNISIENNE ET SES ACQUIS DEPUIS L’INDEPENDANDE EN 1956

 

La TUNISIE est un petit pays de 160 000 km carré, en Afrique du nord au bord de la mer Méditerranée comptant 11millions d’habitants.

L’histoire de la TUNISIE est une richesse pratiquement sans équivalent sur la question de la femme. La Tunisie a été toujours marquée par des femmes qui ont activement participé au développement social, économique et politique.

C’est un pays fondé par une FEMME !

 La Reine   DIDON (ELYSSA) a fondé CARTHAGE et a instauré la 1ere république de l’histoire.

Ensuite, il y a eu la KAHENA qui a combattu la tyrannie des dirigeants arabes et non la religion musulmane. Un combat national et non religieux. C’est elle aussi qui a exigé au 7èm siècle le contrat de mariage Kairouanais (ville de Kairouan) qui éliminait la polygamie

Après, d’autres femmes aussi célèbres ont suivi comme :

JESIA EL HILALIA : cavalière, guerrière, poétesse et aventurière

SAIDA EL MANOUBIA connue par sa charité auprès des pauvres

AZIZA OTHMANA : Princesse Tunisienne de la dynastie des Mourabites. Elle affranchissait les esclaves et les prisonniers. Elle a offert la totalité de ses biens au profit d’œuvres caritatives et a participé au financement de l’hôpital AZIZA OTHMANA qui porte toujours son nom

BCHIRA MRAD : militante féminine, fondatrice et présidente de l’union musulmane des femmes tunisiennes qui sont devenues actives au sein du mouvement national.

RADHIA HADDAD : une des premières députées d’Afrique et du monde arabe qui a milité pour l’alphabétisation des femmes et leur droit au travail. Bien d’autres femmes sont aussi très connues...

Tous les mouvements féministes du monde arabe regardent la TUNISIE qui est un modèle de référence et se distingue des pays arabes.

L’émancipation de la femme tunisienne fortement liée à la promulgation du code du statut personnel en 1956 (CSP) a été inspiré par plusieurs écrits progressistes ; œuvres de libéraux et de féministes avant-gardistes et à leur tête TAHAR HADDED journaliste et écrivain qui a milité avec sa plume et son esprit

Ce code (CSP) a été appliqué grâce à notre 1er président de la république HABIB BOURGUIBA en 1956

 Le texte abolissait la polygamie, la répudiation en constituant le divorce judiciaire. La femme tunisienne avait désormais le droit au VOTE ! à l’éducation, au travail (avec égalité des salaires pour le secteur privé et public) à la gestion de sa vie personnelle et sexuelle entre autres légalisation de l’avortement.

Paradoxalement, alors que la Tunisie est pionnière depuis 50ans, s’agissant de l’avortement, de grandes puissances comme le Canada et les Etats du sud des Etats Unis, l’avortement y est interdit encore !

                                                                     Hayet Driss     Inner Wheel Sousse