D67 IW LME nous rappelle la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence

à l’égard des femmes.

Pourquoi le 25 novembre ?

Cette journée a été instaurée le 25 novembre 1999 par l’organisation des Nations Unies.

La date du 25 novembre a été choisie en mémoire des trois sœurs Mirabal, militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef d’Etat, Rafael Trujillo.

Nous aurons une pensée toute particulière pour Francine Cockenpot, lilloise victime de violences. L’écrivain Hervé Leroy a retracé sa vie sans son livre « Femmes d’Exception en Nord-Pas-de- Calais ».

« C’est arrivé comme un coup de tonnerre. »

Il était aux alentours de 21h30, le 30 octobre 1985. Dans sa maison de campagne, près d’Avignon, la Lilloise Francine Cockenpot regarde tranquillement la télé. Dans le jardin, elle aperçoit l’ombre d’un homme. Le chien aboie. L’individu a une matraque à la main et porte un masque de loup sur le visage.

« J’ai compris tout de suite ce qu’il voulait faire » confie-t-elle à Bernard Pivot, le 14 novembre 1986, sur le plateau d’Apostrophes.

L’inconnu brise une vitre, rentre dans la maison, frappe sans mot dire. « Et il fait un carnage. » Il détruit, saccage, arrache les bijoux, fracasse le crâne de sa victime, l’énuclée avec une bouteille de verre explosée entre les mains.

Laissée pour morte par son agresseur, Francine Cockenpot réussit à se traîner jusqu’au téléphone pour appeler une amie. Hospitalisée entre la vie et la mort, à demi-aveugle, l’œil droit arraché, le crâne recousu, Francine Cockenpot réussira à survivre……………………………… »

Née en 1918, femme de foi, grande figure du scoutisme, chargée par l’ONU de l’éducation et de la libération de la femme dans les pays du Maghreb, auteur de centaines de chansons, Francine Cockenpot se place sous le signe de la rencontre et de la fraternité. Décédée le 18 septembre 2001 dans une résidence pour personnes âgées rue Royale à Lille, elle a laissé plus de huit cents chansons populaires.