MES COQUILLAGES

Mes Coquillages

Ce n’est pas La Baule et son bitume gris qui se jette dans la mer bordée de parcmètres et de cafés à la mode.

Ce n’est pas Quiberon qui joue la fière en tachant d’arriver la première à Belle-Ile.

Non, ma Bretagne à moi est secrète et farouche, elle sent bon les marchés de Saint-Gildas de Rhuys et de Sarzeau, la motte de beurre jaune et salée, le Kouing Aman, la galette et le lait ribot, le bouquet frais et le bulot, l’étrille pêchée à main nue par mon frère, la mouette rieuse qui guette la miette à rapiner, le phare de Port-Navalo qui se reflète dans l’entrée du Golfe, le vent de Houat qui cogne sur le clocher de Notre-Dame de la Côte en Presqu’île de Rhuys…

Ma Bretagne, c’est une grande anse de sable fin longée par les marais du château de Suscinio, et la mer parfois verte, blanche, bleu cristallin ou couleur de l’huître, la mer qui vient battre le sable de cette grande plage et faire rouler coquillages et verre brisé…

Souvent, je m’assieds face à elle, adossée aux dunes préservées et j’observe tranquillement le flux et le reflux, et à chaque mouvement des vagues j’ai le même regard d’enfant, le regard tourné vers le sable mouillé que je scrute inlassablement en espérant y découvrir ce que la mer aura bien voulu me laisser.

Mes coquillages sont là, ils me guettent, ils m’attendent : J’en choisis un particulièrement pour sa couleur, pour sa taille, pour sa forme… celui-ci m’inspire, il me dicte et me suggère déjà mon prochain tableau.

Voyez-vous, il suffit parfois de s’arrêter quelques instants pour regarder et s’étonner de la richesse insoupçonnée de ces trésors cachés sous nos pas.

Alors, c’est à votre tour maintenant de vous attarder sur mes collages de coquillages pour le plaisir des yeux,

Que vous les aimiez ou pas, prenez le temps, arrêtez-vous et vous serez surpris par votre découverte.

Penvins, mon été 2020

Isabelle CALLOC’H GABET

Editrice

IW 2000 Boucle de la Seine – DISTRICT 66